Critiques

[CRITIQUE] : The Lost City of Z


Réalisateur : James Gray
Acteurs : Charlie Hunnam, Robert Pattinson, Sienna Miller, Tom Holland,...
Distributeur : StudioCanal
Budget : -
Genre : Aventure.
Nationalité : Américain.
Durée : 2h20min.

Synopsis :
L’histoire vraie de Percival Harrison Fawcett, un des plus grands explorateurs du XXe siècle.
Percy Fawcett est un colonel britannique reconnu et un mari aimant. En 1906, alors qu’il s’apprête à devenir père, la Société géographique royale d'Angleterre lui propose de partir en Amazonie afin de cartographier les frontières entre le Brésil et la Bolivie. Sur place, l’homme se prend de passion pour l’exploration et découvre des traces de ce qu’il pense être une cité perdue très ancienne. De retour en Angleterre, Fawcett n’a de cesse de penser à cette mystérieuse civilisation, tiraillé entre son amour pour sa famille et sa soif d’exploration et de gloire…



Critique :


James Gray est un cinéaste patient et déterminé, et le mot est faible.
S'il est évident qu'il n'est pas du genre à squatter nos salles obscures avec une frénésie créative aussi imposante que celle de Woody Allen, force est d'avouer tout de même qu'il a fait preuve d'un sacré courage pour mener à bien son adaptation de The Lost City of Z ou l'adaptation du roman éponyme de David Grann, publié chez nous sous le titre « La Cité perdue de Z » .
Outre la complexité du matériau d'origine, la valse de son casting vedette (Brad Pitt, finalement producteur du film, ou encore Benedict Cumberbatch) et un développement über hell, il lui aura fallu sept ans pour accoucher de ce douloureux bébé... mais quel bébé !


Porté par un casting talentueux (Charlie Hunnam, Robert Pattinson, Sienna Miller et Tom Holland) et tiré de faits réels, The Lost City of Z s'annonçait clairement comme une épopée en jungle amazonienne aussi sauvage que merveilleuse.
Et, au bout de 2h20 absolument incroyable, le nouveau Gray tient toutes ses belles promesses - et même bien plus encore -, au sein d'un film d'aventure puissant, vibrant, éprouvant et définitivement unique.
En prenant fait et cause de l'histoire rocambolesque de Percival " Percy " Harrison Fawcett, le cinéaste nous plonge corps et âme dans la jungle Amazonienne autant hostile qu'envoutante, pour mieux nous offrir une double immersion, physique et psychologique, d'une richesse inouïe sur un explorateur passionné, à la soif de découverte et de gloire débordante.
Brillant portrait intime d'un homme sacrifiant sa vie de famille pour atteindre le but de toute une existence, âme pacifique et déterminée, dévorée par la volonté autant de se faire un nom que celle, plus noble, d'imposer sa pierre pour la cause de l'exploration.


Tout en intensité et en retenue, Gray, bien plus inspiré que sur The Immigrant, transcende son budget modeste pour composer avec force et profondeur, un moment de cinéma viscéral, grisant et étourdissant (et même presque un poil trop court vu sa grandeur), dominé par un casting totalement voué à sa cause (Hunnam et Pattinson sont parfait) et des images qui en disent plus que tous les mots du monde - encore chapeau à l'inestimable Darius Khondji à la photographie.
Fresque romanesque riche en émotions, ode à la beauté et à l'émerveillement, The Lost City of Z est la parfaite incarnation sur pellicule, du pourquoi on aime autant le septième art, et encore plus celui de James Gray.


Jonathan Chevrier



John Chevrier

Plus ou moins fils spirituel du Dude et du Zohan réunis, cinéphile/cinévore/cinémaniaque convaincu depuis mon premier battement de cils, je voue un culte sans borne à Sylvester Stallone. Biberonné aux séries B, les salles obscures sont mes secondes maisons et je fonds comme un vampire au soleil sans ma dose quotidienne de bonnes péloches.
Mes maîtres absolus : Carpenter, Spielberg, Kubrick, Cameron, Eastwoood, Milius, Mann, Scorcese et Nolan.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.