1 Cinéphile : 1 Film Culte

[1 CINÉPHILE = 1 FILM CULTE] : Ca Tourne à Manhattan


#23. Ca Tourne à Manhattan de Tom DiCillo (1995).

" Cela fait des années que j’aime et défends le cinéma américain indépendant (même s’il s’enlise dans certains tics depuis quelques années, depuis justement qu’on a compris à quel point il pouvait être bon). Quand j’ai découvert ce cinéma au début de mes années collège (oui, j’étais précoce), j’ai réellement compris à quel point le cinéma jouerait un rôle important dans ma vie. Ca tourne à Manhattan est une des plus belles figures de cette facette du cinéma américain. Je ne choisis pas totalement ce film par hasard : il remporta le Grand Prix au festival de Deauville : c’est certainement, avec Sundance, le cinéma qui représente le mieux les réalisateurs indépendants américains.
Je n’ai jamais assisté à un tournage (je ne vous cache pas que j’aimerais un jour voir comment ça se passe !), je ne travaille pas dans ce milieu. Pourtant ce film parvient à retranscrire à une spectatrice lambda comme moi la difficulté de fabriquer un film. La passion est gâchée par les doutes, le manque de reconnaissance, les problèmes d’ego des uns et des autres (surtout des acteurs), les incidents techniques.
La première scène en noir et blanc, très marquante par l’hilarité qu’elle provoque, expose une accumulation de toutes les merdes possibles et inimaginables qui rendraient dingue n’importe quel réalisateur. Ouf, ce n’est qu’un vilain cauchemar, le réalisateur en question (interprété par un Steve Buscemi monumental) se réveille, les couleurs ravivent l’écran. Mais la réalité n’est pas mieux, elle est littéralement cauchemardesque. C’est pratiquement la définition même d’un tournage. Et jusqu’au bout, ce tournage le sera. Il n’y a pas forcément de gros happy-end, pourtant nous sommes bien dans une comédie. Comme quoi, on peut réaliser des comédies proposant un scénario sur des désillusions sans que ce soit non plus dépressif ou sans forcément utiliser des codes de l’humour noir. 


Ca tourne à Manhattan est finalement une comédie qui me semble à part par rapport aux films de ce genre.
Le long-métrage joue alors sans cesse avec des effets de mise en abyme. Au-delà de la cohabitation entre scènes de cauchemar et scènes réelles cauchemardesques, on y voit aussi une mise en abyme avec le titre original, Living in Oblivion. Effectivement, c’est aussi le nom que porte le fameux film tourné par l’équipe de Nick Reeves. Ces effets de « film dans le film » soulignent encore plus la folie qu’engendre le cinéma, surtout pour un petit budget. Il y a également une part autobiographique : trois avant la sortie de Ca tourne à Manhattan, Tom DiCillo signait son premier long-métrage Johnny Suede avec le jeune Brad Pitt. Mais Hollywood l’a lâché après la sortie du film. Pour son deuxième long, c’est-à-dire celui que je chronique actuellement, DiCillo a trouvé à financer le film carrément grâce à l’argent prêté par ses acteurs !
Parmi les scènes les plus marquantes (et les plus drôles), on se souvient de la scène avec l’excellent James LeGros (acteur encore méconnu qui jouait le père qui flirte avec Jessa dans la saison 1 de Girls) qui tente de piquer la vedette à sa partenaire (incarnée par la toujours excellente Catherine Keener) ? Comment aussi oublier la scène de pétage de plomb avec Peter Dinklage qui revendique ses droits de nain (et avec tout ce qui suit derrière avec un énième problème technique spectaculaire) 
Enfin, Ca tourne à Manhattan nous présente des personnages hauts en couleur, que ce soit le réalisateur, les acteurs ou encore les techniciens : le réalisateur excité, l’acteur principal prétentieux, les actrices qui se tirent la gueule, le caméraman qui ressemble à un gros dur mais qui est en réalité un grand sensible (Delmot Mulroney est énorme dans le rôle de Wolf !), le perchiste avec son improbable « t-shirt » découpé, l’assistant-caméraman très décontracté (Kevin Corrigan, également un super acteur indé dont on oublie trop souvent de parler). Personne n’est oublié et chacun a ses petites histoires qui contrarient le tournage du film. Et ce sont toutes ces interventions qui donnent du mouvement à ce scénario pourtant plutôt simple (en y réfléchissant bien, elle est composée de peu de séquences). "



Tinalakiller

Pseudo prof de français, je suis avant tout une petite cinéphile (par la taille bien sûr) globalement curieuse. Néanmoins, ce sont les classiques américains comme 12 Hommes en colère et Mr Smith au sénat, les cinéastes « cannois » (Moretti, Almodovar, Loach) ou encore les comédies anglaises (Monty Python forever) pour ne citer que ces exemples qui ont construit mon identité cinéphilique. 



La Fucking Redaction

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.